Concours de poésie 2017

Concours de poésie 2017
Beaucoup de contraintes cette année, avec le thème du numérique et la nécessité d’insérer au moins 5 des 10 mots, ce qui n’a pas bloqué l’inspiration de nos poètes qui ont su relever le défi avec brio !

10 poèmes, une toile du Foyer les Cigalons, les poèmes des enfants de la classe de CP de Mme Douet.

Nombre de votants : 55 personnes

Podium des lauréats :
3ème marche : Isabelle FONTANIER avec « Sur la Toile … » avec 8 voix
2ème marche : Sylvie BRUDER avec « Dans ma piaule … » avec 10 voix
1ère marche : Jean Marie DUCASSE avec « Estupe lou huc » avec 11 voix

Les enfants de la classe de Mme Douet et la toile du Foyer des Cigalons ont également remporté quelques voix !

Voici les 3 poèmes récompensés :

« Estupe lou huc » (1)

Est-ce un jeu découvert par un pirate enfant,

Habile à manier, tout d’excitation piaffant,

Un des navigateurs fureteurs de la toile ?

Ce sont des « Sorcières » de gaz bleuâtre qui caressent les étoiles

Et qui sont vues à des kilomètres à la ronde jusqu’aux Pyrénées.

Est-ce un jeu d’horreur hébergé sur un site souvent incriminé

Pour ses atrocités et ses scènes pénibles,

Mais dans tant de favoris, toujours disponibles ?

C’est un terrible appel d’air qui aspire gros arbres et broussailles

Pour au loin les rejeter tels de vulgaires fétus de paille.

Est-ce, «THERMOS DESTRUCTOR», l’avatar le bien nommé

Par ce jeune aux jeux addictifs assommé ?

C’est une combustion instantanée transformée en boule de feu

Arrivant plus vite que le cheval au galop malgré le contre feu.

Faut-il un émoticône « effroi » pour illustrer les commentaires textuels

De ces braves aux dérisoires « pignots » (2) carbonisés dans un monde virtuel ?

C’est un nuage si dense et âcre à Bordeaux, que dans l’après-midi

Réverbères et phares de voitures sont allumés sous un ciel obscur et tiédi.

Et si maintenant tu me télesnobes après tout ce que tu viens de lire,

C’est pourtant le récit raconté par un rescapé dans son délire

Qui a vu tant de cadavres calcinés, face contre terre, alliance fondue,

Poumons détruits par l’air brûlant, malgré leur défense en position étendue.

Mais si, à canular tu donnes nom à cette histoire,

Alors connecte ton téléphone mobile sans faire d’histoires

Pour rechercher sur le net « incendie de 1949 ».

Et les insupportables cauchemars des survivants ne seront plus des bluffs,

Quand déchirent leurs sommeils, de terrifiants « estupe lou hoc »

(1)          « Eteins le feu »

(2)        Petits pins coupés sur place ou branches destinés à étouffer les flammes au ras du sol

Jean-Marie DUCASSE

Dans ma piaule à 2 balles

véritable pierre tombale,

serré au creux de ma pogne

un smartphone.

Il est l’avatar de ma vie,

le fureteur de mes envies et de mes convoitises.

Mon favori.

Les yeux fatigués, bordés d’anchois, je tape 3 mots :

nuages gris, détresse,

SOS

Allez go !

S’affiche alors l’émoticône

qui traduira sans vergogne

mon état d’esprit,

mon ressenti,

ma Smiley analyse.

Sylvie BRUDER

Sur la toile…

Nomade fureteur, je surfe sur la toile,

Je twitte vivement, je like comme un fou,

Nuage virtuel où brillent les étoiles,

Mon écran favori m’extirpe de mon trou

 

Dans la rue, je souris et je vous télé snobe,

Occupé à vêtir d’attraits mon avatar,

Vos paroles m’ennuient, alors je me dérobe

Pour peaufiner sans fin d’étranges canulars

 

Je ne m’exprime plus, pourtant j’ « émoticône »

Vendant des émotions que je n’éprouve plus,

Mes amis sont nombreux, bien loin de l’hexagone,

Je crois tout savoir d’eux, ces parfaits inconnus

 

Mais de ma propre vie, parfois quelques pirates

Fournissent des extraits que je croyais secrets,

Fouillant impunément les différentes strates,

Livrés sur un serveur soi-disant protégé

Moi qui croyais trouver enfin une cachette,

Un refuge accueillant qui pourrait m’héberger,

Qui ferait de ma vie une éternelle fête,

Illusoire bonheur, bonjour Réalité !  

Isabelle FONTANIER